Connexion
Clinique Vétérinaire
de la Poste
25, place Clemenceau
80100  Abbeville
Tél : 03 22 24 21 21

Ptit journal N°38


 

 

En cette période de vacances, je voudrais aborder un sujet qui m'est cher: l'intelligence animale, et plus largement, les capacités émotionnelles des animaux.

 

Je vous indique des tas de liens qui alimentent le sujet... régalez vous!

 

Puis, comme d'habitude, les actualités de nos cliniques, et les vétérinaires de garde pour les semaines à venir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les animaux sont ils plus futés que nous?

 

Il est bien pratique de penser que nous sommes naturellement l'Espèce supérieure...cela justifie nos comportements invasifs vis à vis de la nature. Sans entrer dans un débat politique ou passionné, je trouve passionnant de comprendre, de s'émerveiller des comportements animaux, qui nous expliquent souvent les nôtres.

 

Penchons nous un instant sur l'étude de quelques bestioles...

 

Tout d'abord, le Chimpanzé. Une rapide visite sur you tube, "ayamu memory test" vous laissera probablement baba: Un chimpanzé apprend en 1/5 ° de seconde une suite de chiffres sans logique, qui nécéssite aux chercheurs qui l'ont tenté un apprentissage de plusieurs heures, avec un taux d'échec important et constant.

Nous tâtonnons pour déchiffrer le langage des chimpanzés...ceux-ci sont heureusement plus habiles pour

 

 

 

 

apprendre celui des sourds/muets, qu'ils sont capables de transmettre à leur petits. Nos chiens apprennent très bien les ordres qu'on leur donne, et sont souvent capables d'associer plusieurs mots "va chercher la balle rouge" ou "donne ta patte".

Ce sont des hominidés, ou des animaux domestiques, proches de nous, me direz vous.

 

 

Alors... les corbeaux? Pffff, ces volatiles ont un cortex riquiqui...qu'est-ce donc, que ce truc là? et bien le cortex est une partie du cerveau qui est hyper développée chez les grands singes et nous même, et à qui l'on attribue pas mal de nos capacités d'intelligence.

Une expérience a mis en présence de corbeaux des tubes verticaux assez longs, à moitié pleins d'eau,  à la surface de laquelle flottaient de délicieux et appétissant vers. Et bien, beaucoup plus futés que la cigogne de Lafontaine, les corbeaux ont rempli les tubes avec de petits cailloux, afin de faire monter le niveau d'eau, et ainsi pouvoir attraper les vers...comme quoi même sans cortex on doit pouvoir se débrouiller.

 

Hmmmm, d'accord, mais ce sont des vertébrés, déjà assez évolués sur l'échelle de l'évolution... alors, quoi d'autre?

 

Je ne vous rappelerai pas les expériences faites sur les pieuvres, qui sont capables de résoudre des problèmes mathématiques, tout le monde les connait.

 

Et chez les insectes? On ne parle pas de cerveau, vaguement d'une ébauche de système nerveux. Les abeilles comprennent et utilisent des notions abstraites telles que "au dessus", "au dessous", "plus", moins", elles sont douées de capacités de communication, d'une sorte de langage gestuel et dansé. C'est très utile pour indiquer à leurs copines le champs où il est judicieux de butiner le délicieux nectar. Elles sont aussi capables de reconnaitre un humain sur des photos, (élément plat, abstrait, sans odeur), même s'il arbore différentes expressions ou est pris d'angles différents.

 

Pour achever d'ébranler toutes vos convictions, un mot sur le BLOB. C'est le surnom donné à un être qui est à mi chemin entre un végétal un champignon et une bactérie, que l'on trouve communément dans les forets humides. Cet être est unicellulaire, il peut mesurer plusieurs mètres carrés, doubler sa surface en 24 h, vivre plusieurs dizaines d'années, apprendre et transmettre ce qu'il a appris...Allien est parmi nous!

 

 

En dehors de ces facultés immédiates, qu'en est il de la pensée interieure des animaux? peuvent-ils anticiper, ont ils des notions de temps? ont-ils de l'humour?

Bien sûr, la réponse à toutes ces questions est OUI! 

 

Le geai, gros oiseau présent dans nos jardins, aime cacher des vers et des graines dans des petits endroits pour les retrouver plus tard. Si l'on capture un geai quelques heures, il retourne immédiatement chercher ses vers et ses graines. Si on le capture plusieurs jours, il ne va pas chercher ses vers, car il sait qu'ils sont tous morts et pourris...pas bête la bête!

 

Et un Chimpanzé d'un zoo Suédois amasse des projectiles dans des endroits stratégiques pendant les horaires de fermeture...pour mieux les lancer sur les visiteurs qui passent devant ses grilles!

Le dauphin que les baigneurs de cayeux ont pu voir au mois de juin a passé plusieurs heures à jouer dans les vagues avec eux...aucune peur, mais une curiosité réciproque, un plaisir mutuel évident à nager et à jouer.

 

La notion de justice est elle l'apanage de nos sociétés développées?

 

Une expérience amusante a été menée avec 2 perroquets, Léo et Shango.

Léo doit prendre un bouchon, le transmettre à Shango, qui vous le donne.

Si Léo choisit un bouchon bleu, lui seul a la récompense.

S'il chosit un bouchon rouge, les 2 perroquets ont leurs friandises. En parfait égoïste, qui pourrait en faire un humain, Léo choisit surtout le bouchon bleu, privant son copain de la friandise. Mais Shango a le sens du partage équitable: Il veut bien coopérer s'il y trouve son compte! Donc, il balance doctement les bouchons bleus par terre, et ne transmet que les rouges! Il a un certain sens moral...qui pourrait en faire un humain!

La compétition est certes présente chez les animaux, mais c'est surtout des alliances, des tolérances, des échanges de bons procédés qui font que les animaux supportent beaucoup mieux leurs voisins que les humains ne le font...

 

L'empathie, cette capacité à se mettre à la place de son interlocuteur, à partager sa souffrance, à l'en soulager...la retrouve t'on chez les animaux?

 

 

 

 

Mallorie a observé qu'une de ses souris blanches était aveugle. Une autre de ses souris lui apportait à manger et ne la laissait pas souvent seule. Ce comportement d'entraide est connu chez les éléphants, les baleines qui s'interposent entre un bateau de peche et un congénère blessé, mais également chez les porcs et les poules de nos jardins!

 

Les animaux, quel que soit leur niveau de développement ont donc des capacités qui, parfois, dépassent amplement les nôtres. Ils ont trouvé des solutions différentes des nôtres aux problemes de communication, d'apprentissage, de partage, d'entraide. Ils sont aussi doués de sensibilté, et capable de souffrir. La souffrance peut être douleur, c'est à dire en réaction à une agression physique (chaud/froid/acidité/faim par exemple) ou psychologique (le perroquet dans sa cage, de dauphin dans son bassin, le lapin dans son clapier, le chat dans un studio minuscule, le chien au bout de sa chaine...).

Les connaissances évoluent rapidement, qui doivent nous ouvrir les yeux sur le monde que nous partageons avec nos amies les bêtes.

 

 

Le biomimetisme

 

Puisqu'on y est, restons y!

 

Le BIOMIMETISME c'est l'immitation du vivant pour améliorer ou développer des technologies humaines.

 

Ici, on s'interesse d'avantage aux techniques développées peu à peu qu'aux comportements.

 

La coquille Saint Jacques, à l'origine de la super tôle ondulée. Un architecte Français a eu l'idée de reproduire les différentes ondulations présentes sur la coquille de ce mollusque. Des grosses ondulations, d'autres tres fines, parrallèles aux premières, et des stries de croissances, perpendiculaires. Cet ensemble d'ondulation confère une grande rigidité à la coquille, sans y ajouter de poids. Cette observation est à l'origine d'une super tôle ondulée, 7 fois plus resistant qu'une tôle ondulée classique.

 

L'alvéole hexagonale de la ruche des abeilles interpèle depuis l'antiquité: Il n'y a pas de façon plus économe en place, en matériaux, avec une structure aussi rigide que légère, de ranger et stocker...Un mathématicien le démontrera de façon formelle en 1999, mais dès les années 80, cette technique "en nid d'abeille" sera reprise en construction automobile, aéronautique, ou dans le bâtiment.

 

Avez vous remarqué que l'extrémité des ailes d'avions était recourbée vers le haut, pratiquement à 90°? C'est en observant les oiseaux planeurs, et particulièrement le grand Condor, que les ingénieurs en aéronautique ont perçu l'interêt de ces plumes écartées et recourbées, tels

 les doigts d'une main.


Cette disposition particulière des plumes permet de diminuer les turbulences de l'air, et d'améliorer la récupération d'énergie. Du coup, tous les avions sont désormais équipés d'ailes de Condor, appelées "Winglets" en aéronautiques.

 

Les news de nos cliniques

 

Chacun d'entre nous prend un peu de vacances cet été... mais nos cliniques restent ouvertes selon les horaires habituels.

 

Le Dr Amyot a été élue au conseil de l'Ordre des Vétérinaires de Normandie. Elle s'investit particulièrement dans la défense du bien être animal (animaux d'élevage, abattoir, corrida...). Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des avancées de ce dossier.

 

 

 Vétérinaires de gardes pour les semaines à venir


          -WE des 29 et 30 juillet:Dr Coquet, à Feuquières:03.22.30.30.46

          -WE des 5 et 6 Aout:Dr CAulier à Cayeux/mer:07.87.46.22.80

          -WE des 12 et 13 aout: Dr Maury à Beauchamps: 03.22.30.23.60

          -Mardi 15 aout: Dr Coquet à Feuquières :03.22.30.30.46

          -We des 19 et 20 aout: De Amyot et GArnier: 06.12.23.53.63

          -WE des 26 et 27 aout: Dr Maury à Beauchamps:03.22.30.23.60

          -WE des 2 et 3 septembre: Dr Coquet à Feuquieres:03.22.30.30.46

          -WE des 9 et 10 septembre: Dr Caulier à Cayeux/mer: 07.87.46.22.80

          -WE des 16 et 17 septembre: Dr Amyot et Garnier: 06.12.23.53.63

          -WE des 23 et 24 septembre: Dr Maury à Beauchamps: 03.22.30.23.60

          -WE des 30 sept et 1 octobre: Dr Caulier à Cayeux/mer: 07.87.46.22.80

          -